Bonjour bonjour amies lectrices! (On me souffle à l'oreille que des monsieurs pourraient passer par là... Toutes mes excuses amis lecteurs, si vous passez par là). Aujourd'hui, je vais vous parler de couture. J'ai terminé mon projet dont je vous parlais dans mon précédent article. Et d'ailleurs, j'en ai un autre sur le feu, je le finis demain si tout va bien ^^. 

Info du jour, ou plutôt de la semaine, voire même du mois (en fait je crois qu'il s'agira même de l'INFO de l'été): c'est la canicule en France. Enfin, je dirais plutôt que "c'était" car à l'heure ou je vous écris, la canicule a déjà frappé et il parraitrait que les températures sont devenues "plus supportable" . Qui dit canicule, dit plan anti canicule. Alors j'ai dégainé mon patron de robe d'été par excellence: la robe Centaurée, de Deer and Doe toujours. Je vous ai déjà présenté une version de cette robe ici, robe pour un mariage. À sa sortie en été dernier, la version de Camille m'avait tout de suite tappée dans l'oeil. Si bien que quand j'avais voulu participé au SAL, j'étais partie sur une version longue et asymétrique en voile de coton noir (qui a fini à la poubelle cela dit au passage, un coup de lame de surjeteuse en plein milieu de la robe irratrappable). Et puis, en cherchant en avril dernier un voile coton bleu marine chez Cousette, je suis tombée sur ce tissus. Et tout de suite j'y ai vu ma centaurée longue, asymétrique, tout ça tout ça. Le grand amour en somme. En raisonnable que je suis, j'ai donc acheté le-dit tissus avec du biai et du passepoil assortis. 

DSC_0135  DSC_0136

Pour être honnête, cette robe, je l'adore! Non pas que je vous dise ça pour vous convaincre, ou parce que c'est moi qui l'ai faite ou quoique ce soit d'autre encore. Je la trouve hyper légère, confortable surtout, féminine à souhait. Pour tout vous dire, mon chéri qui d'habitude n'est pas très fan de mes ouvrages (et qui trouve toujours "un je ne sais quoi" à redire) n'a pratiquement rien dit... Il m'a même aidé pour fixer les bretelles dans le dos et régler leur longueur.

Ayant un problème avec les habits légèrement transparents, j'ai donc un problème avec les tissus également, même légèrement transparents. Ainsi, si je mets ma main dans le tissus et que je distingue ma main, c'est mort, ce sera doublé. Non pas que doubler entièrement une robe soit ma grande passion, mais j'ai toujours peur qu'on voit ma culotte... Donc, cette robe a aussi été entièrement doublée, comme la première d'ailleurs. Initiallement, j'avais prévu de mettre un passepoil de la même couleur que mes bretelles au niveau de la couture assemblant le corset et la jupe. Mais à l'assemblage, j'ai complètement oublié. Quand je m'en suis rendue compte, je vous avoues avour eu le flemme de découdre, surtout que j'avais surpiqué ma couture...  >_<  Et finalement, une fois terminée, pour être sûre, j'ai positionné le passepoil là ou il aurait dû être, montré au chéri. Verdict: no way! Finalement, c'est bien mieux ainsi. 

 

DSC_0138 DSC_0142

Au début, j'ai eu peur que ce tissu à motifs fleuris soit trop chargé, surtout au niveau du corsage avec toutes ses découpes. J'ai également hésité à passepoilé les pièces du corsage mais je pense que c'est à ce moment là que cela aurait surchargé la robe. Comme dirait Christina Cordula, il y aurait eu trop d'informations sur cette robe. J'ai surpiqué toutes les coutures avec un fils blanc.

 

DSC_0143 DSC_0147

Comme précédemment, j'ai taillé cette robe en taille 44. Par contre, si c'était à refaire, je la taillerais en 42 mais en faisans une FBA (un ajustement pour forte poitrine). Car comme vous pouvez le remarquer, le haut du corsage baille quand même un peu. Rien de bien chaquant mais ce n'est pas très esthétique. Surtout que le FBA est entièrement expliqué ici

DSC_0148 DSC_0151

En ce qui concerne le biai au niveau de la poitrine, je ne l'ai pas posé de la même façon que le SAL le préconisé. Ce qui fait que je n'ai pas tout à fait le même rendu. Par contre, je ne suis pas très contente... J'aime beaucoup le site de tissus Cousette, j'y ai par ailleurs acheté à de nombreuses reprises des tissus dont j'ai toujours été satisfaite. Mais le biai était une première fois, d'habitude je vais chez Tissus Myrtille ou Self Tissus (mais ils n'ont pas énormément de choix ou de choses sortant un peu de l'ordinaire). Bref. J'ai été déçu du biai car sur une grande partie, le biai n'était plus un biai plié en 3 mais tout simplement un biai plié en deux mais avec toujours la même largeur. Ce qui fait qu'à l'assemblage, j'ai dû rogner un peu sur le biai mais pas de trop (sinon il n'aurait pas eu la même largeur partout). Enfin, je ne sais pas si j'ai été assez clair... 

Pour la fermeture éclair, elle est quasiment invisible. Je m'améliore sur ce plan là. La coueur n'est pas vraiment assortie avec celles de la robe, mais j'ai voulu utiliser celles de mon stock, et j'en ai vraiment pas mal, toutes provemenant de ma maman quand elle s'en est séparé. Et puis cela me fait faire quelques petites économies.

 

DSC_0149  (surpiqures du corsage)

 

DSC_0157 (on pourrait presque croire que je défile comme une vraie mannequin ^_^)

 

DSC_0168  Alors oui, partout en France il y a la canicule... Partout? Sauf en Bretagne! Et pour le coup, je ne fais pas ma Marseillaise. Ma robe est finie depuis plus d'une semaine et je ne l'ai portée que pour ces photos. Et encore, le matin même du shooting, il avait plu. Depuis, elle m'attend sur son ceintre. Mais les températures ne sont pas aussi clémentes, j'ai ressorti mes gilets car à 13 degré le matin quand je vais à la clinique et 21 degré en revenant, c'est un peu frisqué tout ça. D'où la photo rigolote avec le parapluie. Alors cher soleil, si tu me lis, pense à venir faire quelques rayonnements par ici. Pas trop non plus, je ne suis pas aussi gourmande ni égoïste, j'en laisse aussi aux autres; juste suffisement pour remonter un peu les températures (au moins 27 degré ce serait pas mal, après on va avoir trop chaud, et il y aurait encore plus de touristes qui viendront infuser dans l'océan pour se raffraichir)

Je vous souhaite une bonne journée couturesque.